Le Zénith approche. Hier soir, 22 novembre, répétition en formation symphonique sous la baguette de Thibaut Blet.

Au programme, Le Danzón N° 2 du compositeur mexicain Arturo Marquez.

 

Le danzón est un genre musical créé à Matanzas (Cuba) vers 1880 par le musicien Miguel Faílde. C’est une forme de contradanza – habanera, plus spontanée et sur laquelle les musiciens improvisent.

D’abord joué par les tipicas, orchestres incluant instruments à vent, cuivres, cordes, güiro et Timbales, ceux-ci seront remplacés dans les années 1920 par les charangas, orchestres incluant piano, violons, violoncelles, güiro, clarinette, flûte, contrebasse et timbales).

En 1910, le directeur d’orchestre José Urfé compose Bombín de Barreto, un danzón auquel il incorpore un nouveau rythme (nuevo rítmo) dérivé du son cubain, qui servira de base au mambo en 1937.

Le danzonete a introduit dans le danzón une partie chantée.

De grands compositeurs — George Gershwin, Leonard Bernstein — ont intégré le danzón dans leurs œuvres, alors qu’aujourd’hui, le compositeur mexicain Arturo Márquez, est célèbre pour ses danzónes notamment le danzón no 2 (1994) joué dans toute l’Amérique latine et dans le monde.

(Article Wikipedia)