Merci Ouest-France de nous avoir suivis.